Battre et bâtir

Le passé sim­ple de l’indi­catif et l’im­par­fait du sub­jonc­tif des verbes bat­tre et bâtir se pronon­cent de la même façon. De quoi les con­fon­dre aus­si à l’écrit. Voici les différences.

bâtisseurs

Battre

Bat­tre sig­ni­fie frap­per et peut être employé sous forme pronom­i­nale. Il s’ag­it d’un verbe du troisième groupe qui con­serve tou­jours ses deux t dans au passé sim­ple et à l’im­par­fait du sub­jonc­tif et qui ne porte jamais d’ac­cent cir­con­flexe sur son radical.

Son par­ticipe passé est battu.

Passé sim­ple

Je battis
Tu battis
Il, elle, on battit
Nous battîmes
Vous battîtes
Ils, elles battissent

Impar­fait du subjonctif

Que je battisse
Que tu battisse
Qu’il, elle, on battît
Que nous battissions
Que vous battissiez
Qu’ils, elles battissent

Exem­ple : Vous bat­tîtes le fer pen­dant qu’il était chaud.

Bâtir

Bâtir sig­ni­fie con­stru­ire, le plus sou­vent en par­lant d’un bâti­ment. Il s’ag­it d’un verbe du deux­ième groupe qui n’a qu’un seul t au rad­i­cal et qui porte tou­jours un accent cir­con­flexe sur le a.

Son par­ticipe passé est bâti.

Passé sim­ple

Je bâtis
Tu bâtis
Il, elle, on bâtit
Nous bâtîmes
Vous bâtîtes
Ils, elles bâtirent

Impar­fait du subjonctif

Que je bâtisse
Que tu bâtiss­es
Qu’il, elle, on bâtît
Que nous bâtissions
Que vous bâtissiez
Qu’ils, elles bâtissent

Exem­ple : Les Égyp­tiens bâtirent les pyra­mides pour per­me­t­tre à leur pharaon d’ac­céder à la vie éternelle.

Bouton pour découvrir mes livres

Les verbes en ‑ier et en ‑yer

Les verbes en ‑ier et en ‑yer pos­sè­dent une par­tic­u­lar­ité de con­ju­gai­son qui peu­vent pouss­er cer­tains à l’er­reur. Vous n’en fer­ez plus partie.

Ces doigts sont liés

Verbes en ‑ier

À l’im­par­fait de l’indi­catif, les ter­mi­naisons des verbes sont : ais, ais, ait, ions, iez, aient.

Au présent du sub­jonc­tif, les ter­mi­naisons des verbes sont : e, es, e, ions, iez, ent.

Ces deux règles impliquent un dou­ble­ment du i des verbes en ‑ier à ces temps aux pre­mière et deux­ième per­son­nes du pluriel : nous et vous.

Lier (impar­fait de l’indicatif)

je liais
tu liais
il, elle, on liait
nous liions
vous liiez
ils, elles liaient

Lier (présent du subjonctif)

que je lie
que tu lies
qu’il, elle, on lie
que nous liions
que vous liiez
qu’ils, elles lient

Ain­si, le pre­mier i, ici en bleu est le i du rad­i­cal, tan­dis que le sec­ond i, ici en rouge est le i de la terminaison.

Exem­ple : Alors que nous avan­cions dans les méan­dres de la langue française, hor­ri­fiés par ses dif­fi­cultés et con­scients, encore, de notre igno­rance, nous la défi­ions et nous écri­ions : « un jour, nous vaincrons ! »

Verbes en ‑yer

De même que les verbes en ‑ier, les verbes en ‑yer con­ser­vent le y du rad­i­cal aux pre­mière et deux­ième per­son­nes du pluriel de l’im­par­fait de l’indi­catif et au présent du sub­jonc­tif, ce qui donne : yions et yiez.

Envoy­er (impar­fait de l’indicatif)

j’en­voy­ais
tu envoyais
il, elle, on envoyait
nous envoyions
vous envoyiez
ils, elles envoyaient
Envoy­er (présent du subjonctif)

que j’en­voie
que tu envoies
qu’il, elle, on envoie
que nous envoyions
que vous envoyiez
qu’ils, elles envoient

Le y appar­tient au rad­i­cal, tan­dis que le i appar­tient à la terminaison.

Exem­ple : Vous bégayiez beau­coup lorsque vous étiez enfant, mais cela ne s’en­tend pra­tique­ment plus.

Bouton pour découvrir mes livres

Accord du verbe avec le sujet qui

On ne sait pas tou­jours com­ment accorder un verbe dont le sujet est le pronom relatif qui. Voici enfin com­ment procéder.

Chat qui est écaille de tortue

Accord du verbe avec le sujet qui

Lorsque le sujet d’un verbe est le pronom relatif qui, on accorde tou­jours le verbe et le par­ticipe passé s’il y en a un avec l’an­técé­dent de qui.

L’an­técé­dent est le terme ou le groupe de ter­mes auquel fait référence le mot (ici qui), ce vers quoi il renvoie.

Exem­ple : Se sont les écailles de tortue qui sont les plus jolies.

Ici, l’an­técé­dent de qui est les écailles de tortue, désig­nant des chattes à la fois noires et rousses.

Le groupe nom­i­nal les écailles de tortue est féminin pluriel. Le verbe être est donc con­jugué au pluriel => sont.

Ain­si, on dira par exemple :

C’est moi qui ai

C’est toi qui as

C’est lui (ou elle) qui a…

Bouton pour découvrir mes livres