Sigles et acronymes

Bon­jour à tous et à toutes. Quelle est la dif­férence entre un sigle et un acronyme ? Quelles sont les règles qui s’y rat­tachent ? Vous allez voir que c’est sim­ple comme bonjour.

L'acronyme lol

Un sigle est le nom d’une entre­prise, d’une asso­ci­a­tion ou d’un organ­isme com­posé de plusieurs mots et dont on a pris les ini­tiales de chaque.

Par exem­ple, CNRS est le sigle de Cen­tre nation­al de la recherche sci­en­tifique. SNCF, OMS, OMC ou bien encore TVA sont d’autres sigles.

Un acronyme est un sigle qui est lu comme un mot.

Par exem­ple, SAMU est l’acronyme de Ser­vice d’aide médi­cale urgente. Ici, on ne prononce pas let­tre à let­tre. UNESCO, ONU, OTAN, UNICEF sont d’autres acronymes.

  • Lorsque la plu­part des gens passent de la forme courte d’un sigle ou d’un acronyme à la forme dévelop­pée, ils ont ten­dance à con­serv­er les cap­i­tales partout. C’est une erreur. Seul le pre­mier mot con­serve sa majus­cule ain­si que les éventuels noms propres.

On écrira Régie autonome des trans­ports parisiens pour RATP et non Régie Autonome des Trans­ports Parisiens. Cette sec­onde ver­sion étant fautive.

Mais on écrira Bib­lio­thèque nationale de France pour BNF. Le mot France étant un nom pro­pre con­serve sa majuscule.

  • Lorsqu’au con­traire on passe de la forme dévelop­pée à la forme abrégée, la règle orig­inelle est de sépar­er les let­tres par des points.

Ain­si, j’au­rais dû écrire :

C.N.R.S. ou C. N. R. S.

Mais cet usage se perd et aujour­d’hui, écrire sigles et acronymes sans les points abrévi­at­ifs n’est plus con­sid­éré comme fau­tif (cer­taines sources le jugent encore erroné, mais elles sont de plus en plus minoritaires).

Cepen­dant, les points abrévi­at­ifs peu­vent être main­tenus pour guider la pronon­ci­a­tion. Par exem­ple, PIB peut se lire comme un acronyme. Il est pour­tant lu let­tre par let­tre comme un sigle. Dans ce cas, écrire P.I.B. peut donc être judi­cieux. On con­servera par con­séquent les points à chaque fois que les néces­sités de la lec­ture l’exigeront.

 

Décou­vrez ce tuto en vidéo en cli­quant ici !

Et surtout, n’ou­bliez pas de liker ! 😉

 

Arti­cle pub­lié pour la pre­mière fois sur Overblog le 02 sep­tem­bre 2019.

 

Mes livres

Les nombres, au long ou au court ?

Bon­jour à tous et à toutes. Aujour­d’hui, nous allons par­ler des nom­bres ou plutôt de la façon dont on les écrit. En effet, il n’est pas tou­jours aisé de savoir s’il faut les écrire au long, c’est-à-dire en toutes let­tres, ou bien au court, c’est-à-dire en chiffres.

Des nombres par milliers

Pour com­mencer, il faut savoir dans quel type de texte on se trou­ve : lit­téraire (vous êtes en train d’écrire un roman, une nou­velle ; sci­en­tifique ; ou bien s’il s’ag­it par exem­ple d’un texte officiel.

Texte officiel (lettre, acte notarié, etc.)

Les nom­bres doivent fig­ur­er en toutes lettres.

Texte scientifique

Il s’ag­it de quan­tités math­é­ma­tiques qui s’écrivent donc en chiffres.

Texte littéraire

Dans un texte lit­téraire, les nom­bres sont des mots comme les autres, ils n’ont pas à attir­er l’at­ten­tion. Ain­si, les âges, les durées, les nom­bres exacts etc. sont écrits au long.

Les dates, elles, restent écrites au court. On écrira : le 01 juil­let 2019 ou le 1er juil­let 2019 et non le pre­mier juil­let deux mille dix-neuf.

Suiv­ant les sources, d’autres nom­bres peu­vent demeur­er au court dans les textes lit­téraires. Je ne vous cit­erai qu’un seul cas, celui des heures précises.

En effet, on écrira : « Il était env­i­ron neuf heures. » mais « 11 h 25, j’ar­rivais devant la bibliothèque. »

Atten­tion à heure dont le sym­bole (et non l’abrévi­a­tion) est h et non H ou H  ou encore h.

Notez de plus que le h est détaché à la fois des heures et des minutes.

On écrit 11 h 25 et non 11h25 ou 11 h25 ou encore 11h 25.

Enfin, quand l’heure est juste, on n’u­tilise pas le symbole.

Exem­ple :

— À quelle heure doit-elle arriver ?

— Je crois qu’elle vient pour 10 heures.

— Mais non voyons, c’est pour 10 h 30.

 

Décou­vrez ce tuto en vidéo en cli­quant ici !

Et surtout, n’ou­bliez pas de liker ! 😉

 

Arti­cle pub­lié pour la pre­mière fois sur Overblog le 01 juil­let 2019.

 

Dates, majuscules et minuscules

Bon­jour à tous et à toutes. Com­bi­en par­mi vous ont la fâcheuse manie de met­tre une majus­cule aux mois ? Et com­bi­en par­mi vous ont la fâcheuse manie de dire « Non ! c’est pas bien ! »

La tour Eiffel le 14 Juillet

Les règles con­cer­nant l’écri­t­ure des dates sont sim­ples : il y en a deux.

Les mois sont des noms com­muns. Ils s’écrivent donc sans majus­cule. Aujour­d’hui, nous sommes le 17 juin 2019.

Ceci est la pre­mière règle. C’est la règle générale qui s’ap­plique presque 365 jours par an…

Et puis, il y a les dates his­toriques, c’est-à-dire celles qui ont mar­qué l’histoire.

Là, le mois prend une majuscule…

On par­lera ain­si du 14 Juil­let ou du 11 Septembre.

ATTENTION

La majus­cule n’est présente que si on fait référence à la date his­torique : le 14 Juil­let 1789 ; le 11 Sep­tem­bre 2001. Si on par­le de la date du cal­en­dri­er, le mois récupère sa minuscule.

Exem­ple :

— Quel jour sommes-nous jeudi ?

— Le 14 juil­let, pourquoi ?

— For­mi­da­ble ! Alors je reste dans mon lit douillet.

 

Décou­vrez ce tuto en vidéo en cli­quant ici !

Et surtout, n’ou­bliez pas de liker ! 😉

 

Arti­cle pub­lié pour la pre­mière fois sur Overblog le 17 juin 2019.

 

Mes livres