L’usage de l’italique

Quand doit-on utilis­er l’i­talique dans un texte ? C’est par­fois assez dur à déter­min­er. Voici quelques règles.

l'italique : penché à l'image de la tour de pise.

L’i­talique, c’est cette police d’écri­t­ure penchée qui nous vient d’I­tal­ie. Son util­i­sa­tion répond à cer­taines règles. Quelles sont-elles ? Il y en a deux principales.

Les titres

Lorsqu’on cite le titre d’une œuvre, celui-ci est tou­jours en italique.

Exem­ple : Il est en train de lire Au seuil du monde, je crois que ça lui plaît.

Les mots étrangers

Les mots étrangers non passés dans le lan­gage courant et le dic­tio­n­naire, ain­si que les expres­sions en latin sont en italique : ex æquo, a con­trario, a min­i­ma, a max­i­ma, a pri­ori, ex nihi­lo, in vivo, in vit­ro, etc.

Exem­ple : La riv­er est la cinquième carte au poker.

=> Pok­er est un nom anglais entré dans le dic­tio­n­naire. Il est écrit en romain. Riv­er est un nom anglais non entré dans le dic­tio­n­naire, il est écrit en italique.

Autres cas

L’i­talique s’emploie dans d’autres cas : pour les noms des bateaux, les noms latins des espèces ou pour faire ressor­tir cer­tains mots d’un texte.

Exem­ple 1 : Le San­ta Maria était le bateau de Christophe Colomb.

Exem­ple 2 : Le Felis sil­vestris catus ou chat est l’an­i­mal domes­tique préféré des Français.

Bouton pour découvrir mes livres.

Laisser un commentaire