Tout continue

Bonjour à tous et à toutes. Après le confinement et surtout après le séisme de la mort d’Anouck, je dois continuer à avancer. Ma petite entreprise compte sur moi, mes fans, mes lecteurs et lectrices, mes auteurs et autrices.

Le deuil est en cours, encore douloureux, mais la Goutte d’Étoile demande que je me relève. Et je compte bien la faire pousser et croître, cette entreprise !

Plantule qui sort de terre

Comme vous l’avez sans doute remarqué, je suis en train de changer la présentation de mon blog. Et le travail dessus n’est pas fini, loin s’en faut !

Peu présente sur les réseaux sociaux depuis la mort de mon tendre petit chat, cela s’est assez vite ressenti sur le nombre de visiteurs du blog qui a beaucoup baissé. J’y reviens à présent et espère revoir une hausse de fréquentation ! Je compte sur vous ! 😉

Côté livres, je suis parvenue à faire deux dédicaces en juin et j’en ai une autre de prévue fin juillet. Sans oublier que tous les mercredis de l’été à partir du 15 juillet, je serai à un marché artisanal à Xonrupt, petite ville des Vosges à côté de Gérardmer, coin très touristique s’il en est. Le marché ne sera pas dédié aux livres, loin de là, mais un autre auteur y a déjà un stand, c’est lui qui m’avait parlé du marché et il semble que cela fonctionne très bien. J’espère donc compenser un peu des pertes du printemps et aussi de cet été au niveau des dédicaces (moins nombreuses), d’autant que…

… que j’ai prévu d’éditer trois livres en trois mois ! Si, si, vous avez bien lu ! Une première pour moi qui ne sais plus où donner de la tête avec tout le travail que cela me donne. La faute, encore, au confinement, qui a tout bouleversé.

À l’origine, je devais éditer mon roman Au seuil du monde en avril, comme vous le savez, puis le recueil de nouvelles Papillon, d’Hélène Chambaud en août et enfin le petit conte La poule qui voulait être maman, d’Aurore Buisson en septembre. Après avril, j’aurais donc eu quelques mois pour me préparer aux éditions d’août et septembre. Les choses auraient été plus tranquilles et sans doute plus simples.

Mais voilà, j’ai dû reporter la sortie de mon roman au mois de septembre (première quinzaine) et d’une part, je ne me voyais pas sortir deux livres le même mois, en terme de temps et d’argent, cela aurait probablement était impossible et je voulais au moins un nouveau livre pour le marché de Xonrupt cet été. Impossible de compter sur le recueil de nouvelles, je savais qu’il ne serait pas prêt à temps. Cela s’est donc joué entre mon roman et le conte. Après mûre réflexion, j’ai conclu que mon roman pourrait profiter de la rentrée littéraire de septembre, ainsi que de la rentrée universitaire, car trois des héros du livre sont étudiants. À l’inverse, le conte bénéficiera d’un bon lancement sur le marché, tandis que la rentrée littéraire aurait eu peu d’impact sur lui. J’espère donc ne pas me tromper.

Couverture de Au seuil du monde

Couverture de La poule qui voulait être maman

Le point d’interrogation qui demeure concerne la sortie du troisième volet des aventures d’Anna, Anna et les Marguerite, que je voulais pour fin octobre. Malheureusement, la chute des ventes due au Covid-19 compromet largement ce calendrier et je pense maintenant sortir le livre début 2021. Une petite part de moi espère encore une sortie pour cette année, mais ma raison me dit de ne pas trop y croire…

D’ici là, je prépare le marché : acheter un parasol, une table, etc.

Vendredi, La poule qui voulait être maman est partie à l’impression. J’ai hâte de recevoir le BAT. La sortie du petit conte est prévue pour la semaine du 20 juillet. Quant à moi, j’ai prévue de vous présenter son autrice par le biais de l’interview que je mettrai en ligne le 15 juillet. Alors restez aux aguets. 😉

L’écriture de mon roman Guerre universelle avance bien depuis quelques temps, du moins quand mon chat Suricat ne vient pas s’allonger sur mes feuilles tandis que j’écris. Elle a, comme ça, déjà interrompu deux ou trois séances d’écriture… Écrire en premier le deuxième tome de ma saga Ultimate me laisse le temps nécessaire pour réfléchir convenablement au premier tome qui se refusait sans cesse à moi. J’ai si souvent cru tenir la solution de son écriture, que je ne sais plus si je dois encore y croire. Mais, le moment venu, je tenterai à nouveau ce premier tome.

Et ce matin, dans mon lit, j’ai eu une idée concernant un de mes autres romans, Une histoire d’outre tombe. Une petite idée, qui ne fera certes pas tout le roman, mais dont je suis tout de même fière, d’autant que c’est la « solution » à un problème qui me taraudait depuis longtemps. Je ne vous en dit pas plus, vous verrez cela le moment venu. 😉

 

Article publié pour la première fois sur Overblog le 06 juillet 2020.

 

Mes livres

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :