Bonne et heureuse année 2022 !

Bonjour à tous et à toutes ! Et bonne année ! Bonne santé ! Et tous mes vœux pour 2022 ! Figurez-vous, que ce n’est qu’en m’apprêtant à écrire cet article, que j’ai réalisé avoir oublié d’écrire celui de début décembre… Mea culpa… C’est vous dire en tout cas combien j’ai été prise à cette période !

Bonne année 2022

J’ai bel et bien trouvé une community manager freelance début novembre. Cependant, et malgré le fait que ses tarifs étaient accessibles, je ne pouvais la rémunérer que pour deux heures par semaine ce qui n’était pas suffisant pour développer mes ventes. J’ai donc dû arrêter notre collaboration à la mi-décembre. La reprendrai-je un jour quand j’aurai de meilleures finances ? Nous verrons.

Cependant, l’information principale de ces deux mois, ce n’est pas celle-ci… 😉

Premièrement, le marché de Noël de Sainte-Marguerite le 05 décembre s’est très bien passé. J’y ai vendu douze livres et surtout… j’ai rencontré une dame qui tricote d’adorables petites peluches, Isabelle. Son stand était non loin du mien et nous avons fait connaissance pendant le marché de Noël. Elle adore lire, lit de tout et vite. Elle adore aussi écrire et a même publié deux ou trois livres, y compris en auto-édition figurez-vous ! Bref, nous nous sommes bien entendues. Et elle m’a proposé de m’aider à lire mes manuscrits ! Elle a déjà lu les manuscrits de trois romans qu’on m’avait envoyés. Pour l’instant, je lui confie uniquement les manuscrits de romans qui sont les plus longs à lire. Mais cette aide est précieuse ! Très précieuse. Il était temps ! Car je croule littéralement sous les manuscrits à lire.  À tel point et c’est une autre des choses que je souhaitais vous annoncer, que j’ai décidé de cesser d’accepter les manuscrits et ce jusqu’en 2024 ! Oui, oui, vous avez bien lu, j’ai de quoi éditer des livres jusqu’en 2024, compris !

Je soupçonne qu’à court et moyen terme, cette aide me sera encore plus précieuse que ne l’aurait été celle de la community manager. Cependant, je ne pourrai pas faire éternellement l’économie d’un·e professionnel·le des réseaux sociaux.

Dans l’immédiat, je me focalise sur ce que j’ai appris au cours de ma journée de formation en septembre. Je n’avais pas encore tout mis en place. Contacter les libraires et les écoles, entre autre. J’ai décidé que dorénavant, j’en rencontrerai au moins un de chaque par semaine. Ainsi, jeudi, j’ai rendez-vous avec une directrice d’école. Mardi prochain, une autre directrice d’école, mercredi prochain, un libraire.

À mettre encore en place, réaliser des bandes annonces des livres. J’avoue que j’ai peur des tarifs, mais cela devrait m’aider.

Quant à mes ventes de 2021, il me reste quelques données manquantes : j’attends le retour d’une autrice sur ses dédicaces. Elle m’a bien envoyé les résultats de ses ventes ce matin, mais je n’ai pas su comprendre son e-mail… :’-D

Bref, en décembre 2020, j’ai vendu 119 livres. En décembre 2021, j’en ai vendu 151. Au quatrième trimestre 2020, j’ai vendu 256 livres. Au quatrième trimestre 2021, 376. En 2020, j’ai vendu 845 livres. En 2021, j’en ai vendu 1050 ! J’ai donc dépassé pour la première fois le seuil des mille livres vendus dans l’année ! Je suis, comme vous pouvez vous l’imaginer, ravie. D’autant que comme je l’ai dit, quelques ventes vont sans doute se rajouter en plus ;-p.

Bouton pour découvrir mes livres

Community manager

Bonjour à tous et à toutes. Beaucoup de choses encore ce mois-ci. Pour commencer, j’ai décidé de prendre les services d’un community manager freelance une à deux heures par semaine et j’ai activement commencé les recherches. J’ai prévu de téléphoner demain à une des personnes qui m’intéressent le plus pour cela.

Réseaux sociaux

Un·e community manager pour commencer, qu’est-ce que c’est ? C’est une personne spécialiste des réseaux sociaux. Une personne qui sait surfer dessus et faire de beaux posts qui attirent. Et comme moi, ça, j’ai du mal, le ou la freelance que je prendrai pour m’aider là-dessus ne pourra qu’apporter un plus à ma petite entreprise, tout en me retirant une grosse épine du pied. Bien sûr, je continuerai à poster sur les réseaux sociaux, mais je ne serai plus seule.

Côté livres, les sorties du Système et de La véritable histoire du loup ont bien eu lieu comme prévu et si leur démarrage est un peu léger, j’ai bon espoir que le tout s’améliore prochainement, entre autre grâce au ou à la community manager ;-)… Mais aussi grâce à mon catalogue pour les libraires et les collectivités que j’ai enfin fini. Fini oui, mais pas encore envoyé ni mis sur le site, car il faut maintenant finir le bon de commande. Oh, il ne reste pas grand chose à faire. Juste réfléchir sur les frais de port. Quelque chose de compliqué à juger, déterminer, etc.

J’espère donc que tout ça va augmenter mes ventes très prochainement, surtout que Noël approche et qu’il ne faut pas laisser passer le coche.

Côté livres, toujours, j’ai bien avancé l’écriture de mon roman Guerre universelle, le tome 2 de la série Ultimate et je crois (mais ce ne serait pas la première fois), avoir enfin une piste pour l’écriture de 80.109, c’est à dire, le tome 1. Oui, il serait temps, car j’approche du point final avec Guerre universelle

En revanche, ce qui n’avance pas ou peu, c’est la recherche de romans à éditer pour 2022. Je voulais, j’aurais voulu, pouvoir inscrire le titre de toutes mes sorties 2022 dans le catalogue. Hélas, ce n’est pas le cas. je voudrais sortir six livres en 2022, dont deux romans. Or, si j’ai bien les quatre autres livres, il me manque toujours les deux romans. J’en avais bien trouvé un, il y a une dizaine de jours à peine, mais l’autrice s’est rétractée et préfère maintenant toquer aux portes des grandes maisons d’édition… Je ne peux pas lui en vouloir, mais j’aurais apprécié, il est vrai, qu’elle y pense avant. Bref, à deux mois du 1er janvier 2022, je ne sais toujours pas quels romans je vais sortir sur l’année alors que je devrais déjà être en train de chercher ceux que je vais éditer en 2023…

Commençant à être à court de nouvelles idées d’articles pour le Jardin de l’auto-édition, j’ai décidé que je continuerai à en écrire lorsque j’aurai des idées, mais que les lundis dédiés où je n’aurai pas d’idée, j’en profiterai pour mettre mon site d’autrice à jour. Si de votre côté, vous avez des suggestions d’articles, n’hésitez pas à les donner en commentaire. 😉

Bouton pour découvrir mes livres

La véritable histoire du loup

Bonjour à tous et à toutes. Que de choses… Le Système, roman de Todd Anderson que j’édite, sortira finalement le 08 octobre. C’est-à-dire dans quelques jours. Quant à mon nouveau conte, La véritable histoire du loup, il sortira le 30 octobre. Je viens à l’instant de passer commande de trois cents exemplaires… 😉 https://edition-goutte-etoile.fr

La véritable histoire du loup

Dans la soirée ou demain, le livre sera disponible à la précommande sur le site de la maison d’édition. Et l’e-book du Système, qui est fini, sera lui disponible à la précommande sur Amazon (le broché est déjà disponible à la précommande lui aussi sur le site de la maison d’édition).

Bref, de nombreuses choses avancent. Mes ventes augmentent petit à petit, ce qui est très bien. Cependant, je dois d’ores et déjà recommander les trois Anna : Anna et la Dame du Fond de la Forêt, Anna et le petit ru et Anna et les Marguerite, respectivement tome 1, 2 et 3. En plus de commander mon nouveau conte La véritable histoire du loup tout à l’heure, j’en ai profité pour commander deux cents nouveaux exemplaires de Anna et les Marguerite qui marche très bien. Pour recommander les deux autres, il va me falloir demander un prêt à la banque, car je n’ai pas assez de fonds pour cela… Rendez-vous est prit jeudi matin avec le banquier. J’espère que le prêt sera accepté. Sans cela, je ne sais pas comment je vais faire : je risque de me retrouver à court d’exemplaires !

La formation qui a eu lieu à la mi-septembre a été très instructive. Il va me falloir du temps pour mettre en place tout ce que j’y ai appris, mais j’y travaille dès que je le peux. Contact des libraires, réalisation d’un catalogue, etc. Avec tout ce travail, il faudrait des journées de quarante-huit heures pour faire tout le nécessaire et j’envisage plus que jamais de faire appel à une aide extérieure. Mais pour l’heure, je me concentre sur mes sorties d’octobre : Le Système et La véritable histoire du loup.

Le Système

Côté écriture, je poursuis le tome 2 de ma série Ultimate : Guerre universelle. J’avoue avoir eu un peu de mal ce matin. J’ai retravaillé mes dernières pages qui, après réflexion, ne convenaient pas et j’ai écrit un ou deux paragraphes de plus seulement… Très peu, trop peu. Mais ça avance. En septembre, j’ai aussi commencé l’écriture du quatrième tome des aventures d’Anna : Anna et le jardin de Mme Suzanne.

Bouton pour découvrir mes livres

Le Système

Bonjour à tous et à toutes. Peu de nouveautés ce mois-ci. Xonrupt a une nouvelle fois tenu ses promesses en août. Et le mois a bien marché.

Cependant, j’ai dû mettre en pause mes pubs Amazon il y a quelques jours, car je n’ai pas encore eu le temps d’y faire les retouches nécessaires afin qu’elles deviennent rentables. La faute, encore, au roman que je dois sortir sous peu. Je devais le sortir en septembre, tout était prêt pour ça. Mais je n’avais jamais publié de livre aussi volumineux et si je savais que cela reviendrait plus cher à l’impression – et c’est normal -, je n’avais pas idée de combien. Or, pour prendre le devis, il fallait que tout soit prêt, fini, car j’avais besoin du nombre précis de pages pour le devis. Nombre que je n’ai qu’une fois la mise en page achevée, qui est ce qui se fait en dernier…

Bref, j’ai dû trouver en catastrophe un nouvel imprimeur, pour tout dire, celui qui imprime déjà la série Anna. Si tout se passe bien, le livre devrait sortir, je l’espère, mi-octobre… Mais d’ores et déjà, je vous présente sa couverture.

Le Système

Lundi prochain, je suis en formation à Strasbourg pour la journée. Thème de la formation : Comment commercialiser ses livres ?  La formation organisée par le Centre régional du livre coûte deux cent cinquante euros. Aussi, j’espère qu’elle m’aidera et m’apprendra de nombreuses choses. Le vendredi suivant, j’ai un rendez-vous téléphonique avec un diffuseur. Les diffuseurs sont les commerciaux des livres. Ce sont eux qui démarchent les libraires pour leur proposer les nouveautés. Et c’est plus ou moins ce que je devrai également apprendre lors de ma formation.

Tout ceci n’augmentera pas ma visibilité. Il faudra donc que je continue à travailler ce point. Mais j’espère que ça m’aidera.

Outre l’impression du Système, j’ai commencé à réaliser l’e-book et je continue la mise en page de La véritable histoire du loup. En un mot comme en cent, je ne m’arrête pas. D’autant que j’aimerais beaucoup finir l’écriture de mon roman Guerre universelle d’ici la fin du mois. Je pense cependant que c’est un vœu pieux que j’ai bien peu de chances de réaliser…

Bouton pour découvrir mes livres

De retour sur Xonrupt

Bonjour à tous et à toutes. Le mois de juillet 2021 aura été prolixe en bien des points. Tout d’abord, le marché de Xonrupt, découvert l’an dernier, a repris. J’y suis tous les mercredis de 16 heures à 20 heures, jusqu’au 18 août.

Xonrupt

Si le premier marché de cette année, le 14 juillet, a été annulé à cause du temps, la seconde fois a été une vraie surprise, puisque j’y ai vendu seize livres ! L’an dernier, le deuxième mercredi à Xonrupt avait bien moins fonctionné… Le troisième mercredi, la semaine dernière, j’ai vendu dix livres, moins que la semaine précédente, mais tout aussi bien que le troisième mercredi de l’an dernier. J’ai été d’autant plus surprise de cette réussite que nous avons eu le droit à une grosse averse à 16 heures. Celle-ci m’a fait sans doute perdre une ou deux ventes et m’a montré que j’étais mal préparée à affronter ce genre d’événement. Problème résolu ce week-end.

Ces deux bons mercredis étaient d’autant plus bienvenus que j’ai dû annuler ma dédicace du samedi 17 juillet, car j’étais malade. C’était la première fois que j’annulais une dédicace et j’espère ne pas avoir à recommencer de sitôt. Ne craignez rien cependant, il ne s’agissait pas du Covid, mais d’une simple grippe dont je suis parfaitement remise.

L’autre dédicace du mois a bien eu lieu à Bruyères. J’y ai vendu trente livres, ce qui n’est pas rien pour un mois de juillet et pour ce petit espace culturel. Ceci ajouté aux ventes Internet, dont les premières dues à mes pubs Amazon, juillet est à ce jour mon meilleur mois en terme de ventes en 2021.

Concernant Amazon, justement, mes pubs n’y sont pas encore rentables. Je dois les optimiser, y compris en finissant ma formation. J’ai mis l’un et l’autre de côté une dizaine de jours pour pouvoir corriger le manuscrit que je dois éditer en septembre : un roman utopique de Todd Anderson, Le Système. Il y a tout à la fois un mélange de thriller et d’anticipation. Pourtant, c’est bien le genre utopique qui prédomine. J’ai hâte de le publier. Pour l’heure, en plus de la correction que je finis cette semaine (le roman fait tout de même plus de quatre cent cinquante pages), la couverture est en cours de réalisation. C’est mon amie Émilie Dehant de @LadyMintStudio qui s’en charge.

Par ailleurs, malgré un chiffre d’affaires mensuel sur mon site qui se maintient aux alentours de 90 €, ce qui est à la fois bienvenue et pas grand chose, le nombre de visiteurs et de vues ne cesse de baisser, sans que je ne sache trop pourquoi. Si ce n’est que ces dernières semaines, la formation sur la pub Amazon d’une part et le travail sur le manuscrit du Système d’autre part m’ont pris beaucoup de temps. Temps que je n’ai plus pour travailler le site et en faire la promotion…

Côté livres, l’illustration du conte La vraie histoire du loup continue et j’ai repris l’écriture de mon roman. La petite pause que je me suis octroyée m’a fait le plus grand bien et m’a permis d’avoir une idée dont je ne vous dévoilerai rien, inutile d’insister ! 😉 Depuis, mon roman Guerre universelle, tome 2 de la série Ultimate, avance bien sans que j’aie eu à reprendre ce que j’avais écrit précédemment.

Enfin, bonheur, soulagement, ce 25 juillet, pour la première fois depuis le mois de novembre, j’ai pu me payer un salaire : 100 € !

Bouton pour découvrir mes livres

Des formations et du marketing

Bonjour à tous et à toutes. Ce mois-ci, j’ai commencé la formation sur la pub Amazon. Elle est toujours en cours. Je croise les doigts quant à ses retombées sur mes ventes.

formation

Mais ce n’est pas tout, puisque je me suis aussi inscrite entre septembre et la fin d’année, pour des formations dédiées aux petits éditeurs et organisées par le Centre régional du livre du Grand-Est. Les places sont limitées et je ne sais pas encore si je suis retenue. Certaines formations sont gratuites, d’autres payantes. Si je suis prise, je pourrai peut-être avoir une aide pour financer celles qui sont payantes. Bien sûr, je vous tiendrai au courant.

J’ai vu un expert-comptable vendredi. Je voulais savoir comment je pouvais embaucher un webmarketeur. Résultat : la marge que je m’octroie sur mes livres est trop faible pour que je puisse me permettre ce genre de dépense… J’enrage. Mais du coup, j’ai bien fait de ne pas me lancer à l’aveuglette. (Ce que de toute façon, je ne fais jamais). Il va donc falloir que je me prévois une marge plus importante sur les prochains livres que je sortirai.

Côté écriture, plus rien n’avance. Je suis victime depuis quelques jours d’une overdose vis-à-vis de mon roman Guerre universelle. Je n’avais encore jamais écrit un livre aussi long et même si j’aime l’écrire, l’histoire (sombre) commence à me peser. En attendant, comme j’étais en retard dans le recopiage sur ordinateur, je m’y colle chaque matin en lieu et place de l’écriture afin de ne pas perdre le fil. Je pense de plus en plus sérieusement à reprendre les dernières pages écrites. Les étoffer ? Les corriger simplement ? Les réécrire ? Je ne sais pas encore. Mais l’idée me travaille.

À côté de cela, l’illustration de mon conte La vraie histoire du loup avance et j’en suis ravie. En revanche, la correction du roman que je souhaite publier en septembre, le Système, de Todd Anderson, et la réécriture des pages produit de mon site de vente piétinent par manque de temps. Je confierai bien la correction à un correcteur. J’en ai maintenant plusieurs sous le coude. Mais le manuscrit est très gros, près de cinq cents pages, et je ne suis pas certaine d’avoir de quoi financer une telle dépense. Surtout que, correctrice, je peux m’en passer. Puis-je m’en passer ? Si seulement les journées faisaient trente heures…

Bouton pour découvrir mes livres

Formation en ligne

Bonjour à tous et à toutes. Aujourd’hui, quelques nouvelles, bonnes et moins bonnes. Tout d’abord, je me suis inscrite à une formation en ligne pour apprendre à faire des pub sur Amazon.

Formation

Comme toujours dans la pub, le retour sur investissement n’est pas garanti. Mais la formation est proposée par Anaïs Wais du site Vivre de ses romans grâce auquel je m’étais formée sur les dédicaces. J’ai donc confiance dans la qualité de l’enseignement dispensé. La formation démarrera d’ici une semaine environ et devrait durer à peu près un mois. Bien entendu, je vous en reparlerai.

Autre bonne nouvelle, la sortie d’Anna et les Marguerite s’est déroulée comme prévu, sans anicroche. Cependant, le livre ne fait pas un aussi bon démarrage que les tomes précédents. Il est encore trop tôt pour en déterminer la cause et les ventes sont malgré tout au rendez-vous. Nous verrons comment cela évolue. J’ai un salon d’auteur dimanche prochain à Luxeuil-les-Bains et j’espère que le conte y séduira de nouveaux lecteurs.

Quant à mon roman Guerre universelle, j’en ai repris l’écriture. La vraie histoire du loup est en cours d’illustration et Envol, le recueil de nouvelles d’Hélène Chambaud est parti à l’impression la semaine dernière, sa sortie est prévue pour le 19 juin et il est déjà disponible à la précommande sur le site de la maison d’édition. Avis aux amateurs… 😉

Côté dédicaces, malgré l’amélioration de la situation sanitaire, la majorité des libraires sont encore très frileux pour organiser ce type d’événements. Hélas… Car cela ne me facilite pas la tâche comme vous pouvez l’imaginer.

J’ai également cherché un ou une professionnel·le à charger de mon web-marketing. Mais à l’évidence, ils ne sont pas dans mes moyens. Je suis donc toujours en quête d’une solution efficace. Personne qualifiée à bas coût, formation efficace, peu cher et accessible aux néophytes, etc.  Car ma visibilité et mes ventes augmentent certes sur le site de ma maison d’édition, mais très lentement. Trop lentement. Toujours est-il qu’en mai, j’ai pour la première fois franchi la barre symbolique des 100 € de chiffre d’affaires sur mon site de vente edition-goutte-etoile.fr. Une étape encourageante. Pourtant, je ne saurai en rester là. Pour vivre, il faut encore et toujours décupler mes ventes en ligne. C’est pourquoi cette formation sur la pub Amazon est si importante. Si je me débrouille bien et parviens, grâce à elle, à augmenter mes ventes sur Amazon de façon conséquente et in fine, mon chiffre d’affaires, cela pourrait me permettre de financer d’autres formations plus généralistes sur le web-marketing ou bien de rémunérer une personne qui s’en chargerait pour moi.

D’autant que les dépenses vont s’accumuler au cours des prochaines semaines : il faudra bientôt payer l’impression d’Envol, l’illustration de La vraie histoire du loup. À cela va s’ajouter la réimpression d’Au seuil du monde et de Bucéphale et Alexandre une amitié interdite dont le nombre d’exemplaires commence à baisser. Et bien sûr, il faut encore compter la couverture, la correction et l’impression du Système, roman mi-thriller mi-utopie que je dois éditer dans l’idéal en septembre…

Bouton pour découvrir mes livres

Anna et les Marguerite

Bonjour à tous et à toutes. Quelques bonnes nouvelles, quelques mauvaises… Pour commencer, meilleure nouvelle du mois, Anna et les Marguerite, le troisième volet des aventures d’Anna est enfin à l’impression. Date de sortie : le 28 mai. Cependant, il est d’ores et déjà disponible à la précommande pour celles et ceux que ça intéresse. Et allez-y vite, car j’ai déjà eu plusieurs commandes ! 😉Couverture Anna et les Marguerite

L’illustration a pris du temps, mais je suis ravie du résultat. Comme d’habitude me direz-vous… 😉

Côté illustration, je viens de choisir Aurore Buisson, l’illustratrice du conte La poule qui voulait être maman que j’avais édité pour illustrer mon nouveau conte : La vraie histoire du loup. J’ai hâte d’y être. Cela fait tellement longtemps que j’attends de sortir ce livre. J’ai vraiment hâte de l’avoir entre les mains et de découvrir la réaction de mes lecteurs quand je leur présenterai. Ce livre me tient à cœur car réhabiliter ce pauvre loup est primordial.

Mais ce ne sont pas les seules nouvelles, car avant de sortir La vraie histoire du loup, je dois sortir Envol, le dernier recueil de nouvelles du triptyque d’Hélène Chambaud. J’ai déjà sorti le tome 1,  Chrysalide, le tome 2, Papillon. Il est temps de sortir le tome 3.

Si l’actualité est riche en sorties, elle est en revanche pauvre en écriture. Depuis ma chute dans les escaliers (dont je suis parfaitement remise), j’ai du mal à me motiver pour écrire. Les idées sont toujours là, mais plus l’envie. Étrange… J’espère que ça ne durera pas.

La fréquentation du site de ma maison d’édition a fortement augmenté en avril et j’en suis ravie, passant de cent quarante-deux visiteurs sur le mois de mars à cinq cent quarante en avril. Le tout grâce à quelques chroniques et une en particulier d’une importante influenceuse. Cependant, les ventes, elles, n’ont que peu bougé, à peine frémi.

Je n’ai pas pu avoir la subvention que je visais et dont je vous parlais le mois dernier à cause des fameux 50% de livres qui ne doivent pas être de moi. Cette année, j’avais prévu d’en sortir cinq ou six, il y en aura quatre. Tant pis. Tout ce que j’espère, c’est que mes prochaines dédicaces ne soient pas annulées. Bien évidemment, je vous tiendrai au courant.

Bouton pour découvrir mes livres

Dédicaces et crise sanitaire

Bonjour à tous et à toutes. La crise sanitaire est toujours là, la troisième vague prend de l’ampleur. Et bien que désormais commerces essentiels, les libraires sont très frileux – et on peut les comprendre – à l’idée d’organiser des dédicaces. Je ne suis donc pas parvenue à en programmer d’autres, hélas. Cependant, celles qui étaient déjà prévues n’ont pas été annulées, c’est déjà une bonne chose.

Dédicace de Marjolaine Pauchet

Le dernier week-end de mars, j’étais donc en dédicace à l’espace culturel Leclerc d’Erstein où j’ai vendu quarante livres ! Samedi dernier, le premier week-end d’avril, j’ai vendu trente-cinq livres. Ces deux très beaux scores étaient inespérés. D’après les libraires, Pâques est toujours une bonne période. À l’entrée des vacances, les gens achètent des livres. Je pense aussi que dans le contexte actuel de crise, avec toutes les privations que les gens subissent, tout ce qui est interdit, les voyages, les sorties, etc., ils se ruent sur les derniers plaisirs autorisés. La lecture en fait partie. Je ne pense donc pas avoir était plus efficace que d’habitude. Ces deux excellents scores qui sauvent mes mois sont plus le fruit d’un concours de circonstances.

Cela dit, sur les trois premiers mois de l’année, mon nombre de ventes et donc mon chiffre d’affaires ont été divisés par trois. J’ai vendu autant de livres en trois mois que j’en vends normalement en un mois…

Vivement la fin de la crise !

J’ai trouvé une aide à laquelle j’aurais peut-être droit. Ce n’est pas une aide sortie du chapeau du gouvernement pour faire face à la crise, mais une aide pérenne destinée aux éditeurs indépendants. Seul bémol, il faut, pour y avoir droit, qu’au moins 50 % des livres de ma maison d’édition soient d’autres auteurs que moi. Or, pour l’instant, seuls 40 % des livres que j’ai édités sont d’autres auteurs. Certes, ce pourcentage augmente un peu plus chaque année, mais pour l’instant je n’y suis pas. Si j’ai l’aide, je pourrais prévoir six sorties cette année, dont quatre d’autres auteurs, ce qui m’amènerait tout juste à 50 %. Donc, pour avoir l’aide, il faut que j’ai mes 50 % et pour avoir mes 50 %, il faut que j’ai l’aide…

Puisque ladite subvention vient de la région, j’ai contacté une dame qui s’en occupe pour qu’elle m’aide à monter le dossier. Nous verrons. Si ce n’est pas pour cette année, ce sera pour l’an prochain. Mais j’avoue que cette année, ce serait bien. 😉 J’attends encore la réponse de cette personne.

Ce que j’espère financer avec ça ? Une ou deux sorties pour commencer, ainsi qu’un marketeur professionnel qui se chargerait de mon e-marketing : site de vente hyper-joli, hyper-pro, etc., com’ sur le net… Bref, la totale. Ce genre de prestation coûte, au mieux, l’équivalent de mon chiffre d’affaires annuel, parfois plus ! D’où la nécessité d’une subvention si je veux y avoir accès…

Mais laissons-là tout ça. J’ai été recontactée par un chroniqueur littéraire. J’espère que cela va être efficace. Il va chroniquer mes deux romans : Bucéphale et Alexandre une amitié interdite et Au seuil du monde. J’ai hâte de lire ses chroniques. Comme toujours, je vous en ferai profiter.

Je travaille aussi à améliorer ma présence sur Babelio et sur les autres sites du genre qui présentent des livres.

Côté écriture, Guerre universelle avance. J’ai bien écrit la semaine dernière. J’espérais avoir une plume aussi productive hier, mais une chute dans les escaliers m’en a empêché. Rassurez-vous, rien de grave cependant. Aujourd’hui, je n’ai pas pu écrire non plus.

Je m’accroche. Toujours en recherche d’idées pour présenter et faire découvrir mes livres.

Je voudrais sortir La vraie histoire du loup, un petit conte que j’ai écrit pour cet été et Le Système, un roman de Todd Anderson que je dois éditer pour la rentrée littéraire de septembre. Pourtant, si ces deux sorties sont bien au programme, c’est l’évolution de la crise sanitaire et de mes ventes qui dictera le calendrier définitif. Car bientôt, il faudra recommander de nouveaux exemplaires d’Au seuil du monde. Une dépense de plus.

Bref, gérer mes livres et ma petite entreprise n’est déjà pas facile en temps normal, là, cela devient un casse-tête infernal. Si vous connaissez de bons marketeurs prêts à m’aider pour pas cher, je suis preneuse ;-p…

 

Bouton pour découvrir mes livres

Commerces essentiels

Bonjour à tous et à toutes. En ces temps incertains, je commencerai cet article par l’annonce du gouvernement de la semaine dernière : les librairies sont désormais reconnues comme des commerces essentiels.

Librairie : un commerce essentiel

Cela signifie que même en cas de reconfinement, elles pourront rester ouvertes. Elles peuvent également recevoir à nouveau des auteurs. J’espère donc pouvoir programmer de nouvelles dédicaces. Je contacterai les libraires dès demain.

Question dédicaces, les deux de février ont bien eu lieu et se sont bien passées. Vingt-sept et vingt-neuf livres vendus respectivement, malgré le couvre-feu. Ces jolis scores sont tombés à pic, car contrairement au mois de janvier, je n’ai eu aucune vente en ligne ni commandes de libraires ce mois-ci…

Oui, mon site progresse, oui, il est de plus en plus beau et professionnel, reçoit de plus en plus de monde, mais les ventes y restent encore trop rares, hélas. D’ailleurs, question site, les personnes qui sont intéressées peuvent désormais s’y affilier, c’est-à-dire promouvoir mes livres en échange d’un pourcentage sur les ventes. Quoi que cela n’ai pas encore généré de nouvelle vente, j’ai déjà deux affiliés. J’attends beaucoup de cela. Je pense que ça ne peut créer qu’un cercle vertueux. Les affiliés devraient en effet me permettre d’augmenter mes ventes. Sans compter que les liens qu’ils mettront sur leur site vers le mien, augmentera le trafic sur mon site et fera marcher l’algorithme de Google. Que du positif donc, y compris pour les affiliés qui seront rémunérés pour les ventes qu’ils apporteront.

J’ai aussi contacté des blogueurs littéraires et des booktubeurs, sans réponse pour l’instant.

Autre nouvelle de taille : je ne suis plus seule !!! Ma meilleure amie a aussi sa petite entreprise et nous avons décidé de nous entraider. À plusieurs, on est plus fort ! Certes, son domaine n’a rien à voir avec les livres, mais je compte bien l’aider autant que je le pourrai et je sais qu’elle en fera autant. Avec son aide, je vais me relancer sur Youtube et poursuivre mon travail de marketing. Entre ses compétences et les miennes, si on n’arrive pas à sortir la tête de l’eau, je ne comprends plus rien !

J’ai une autre bonne nouvelle pour vous : l’illustration du troisième volet des aventures d’Anna, Anna et les Marguerite a enfin commencé ! Et j’ai hâte ! Hâte de retrouver ma petite héroïne. Enfin…

Quant à mon roman Guerre universelle, j’ai achevé l’écriture du chapitre 5. Soit à peu près cent cinquante pages écrites. Et de ce côté-là, j’avoue, ma hâte, c’est de commencer l’écriture du chapitre 6 ! Demain, demain, je commencerai à l’écrire… 😉

 

Bouton pour découvrir mes livres

Bataille

Bonjour à tous et à toutes. Ce mois-ci fut une vraie bataille. Vendre des livres malgré le confinement, sans être présente ou si peu en librairie, sans pouvoir faire de dédicaces… Une bataille, vous dis-je !

Guerrier dans la bataille

Et pourtant, telle une guerrière dans la bataille, je n’ai pas reculé et je suis parvenue à vendre treize livres !

Les treize sur la dernière semaine du mois ! 😉 Grâce à mon site de vente qui voit de plus en plus de visiteurs chaque mois et grâce aux quelques rares librairies qui me connaissent et me font confiance. Et j’avoue, je vis ces quelques livres vendus envers et contre tout comme une victoire.

Certes la route s’annonce encore longue, mais je sens que je suis sur la bonne voie. Ces treize livres me le prouvent. Hier soir, dernière vente du mois, une librairie me commande cinq exemplaires de La poule qui voulait être maman, petit conte d’Aurore Buisson que j’ai édité. Cette même librairie m’en avait déjà commandé cinq autres début décembre. Je suis donc ravie.

Pas encore de quoi me payer un salaire cependant, zéro salaire en octobre, zéro en décembre, zéro en janvier, sans doute zéro en février, nous verrons. Je verrai. Selon la situation. Je n’y crois pas. Pourtant, mes deux dédicaces du mois sont pour l’heure maintenues. Un vrai soulagement, autant qu’une surprise. La première samedi prochain au Cultura de Besançon, la seconde le 20 février à l’espace culturel Leclerc de Neufchâteau.

À côté de mes maigres ventes, l’URSSAF réclame toujours son dû.

Il y a deux ou trois semaines, je me suis fixée comme objectif 1000 € de salaire d’ici la fin de l’année. Un rêve. Mais je ne suis pas certaine qu’il soit réalisable dans ce laps de temps. Réalisable ou pas, je vais tout faire pour. Après tout, si je n’y crois pas, personne n’y croira à ma place.

Côté livres, l’écriture de mon roman Guerre universelle avance et l’illustration de mon conte Anna et les Marguerite va bientôt commencer. J’espérais le sortir pour fin mars, hélas ce ne sera pas possible. Il sortira au mieux fin avril. Sa correction et sa mise en page sont faites, mais l’illustratrice n’est pas disponible tout de suite.

Si tout se passe bien, comprenez si j’arrive à le financer, je sortirai aussi en juin Envol, le troisième volet du triptyque de nouvelles d’Hélène Chambaud, le Cycle de l’éveil. Je suis en train de corriger le manuscrit. Je voudrais sortir un ou deux autres contes cette année, ainsi qu’un roman, mais je ne sais pas si je pourrai. Je croise les doigts.

Je commence à être satisfaite de mon site de vente. Il est joli, a « de la gueule », je trouve, comme on dit. Quant à mon nouveau blog, il avance aussi. Plus beaucoup d’articles à transférer. Alors j’ai commencé l’optimisation SEO.

Bref, une bataille vous dis-je. Et je compte bien la gagner…

😉

 

Bouton pour découvrir mes livres

Bilan 2020

Bonjour à tous et à toutes et bonne année 2021. Qu’elle vous soit meilleure que 2020. Je ne peux pas vous souhaiter moins. Quant à moi, quel est mon bilan 2020 ?

Pour moi 2020 restera à jamais gravée comme l’année où j’ai perdu deux chats, à deux mois et demi d’intervalle. Mon Anouck, d’abord, le 13 mai. Il était ma joie de vivre depuis 15 ans.

Anouck

Ce petit chat parfait, ce rouquin ronronneur de première était tout pour moi.

Et le 30 juillet, soit deux mois et demi après Anouck, Loustic, âgé de 13 mois à peine est mort percuté par une voiture. Parce qu’un chauffard n’a pas voulu perdre deux secondes à ralentir, lui a perdu la vie. Ralentissez !!! Que sont deux secondes !!! Leur vie a-t-elle si peu de valeur pour vous ?! Ralentissez !!! La mort d’Anouck m’a brisée, mais il est mort de maladie après avoir vécu 15 ans. Un bel âge pour un chat. La vie de Loustic était devant lui et à chaque instant, il la croquait à pleines dents ! Cette mort était injuste et cruelle.

Alors de 2020, je retiendrais avant tout les morts d’Anouck et de Loustic. Avant le corona, avant les livres, avant tout le reste.

Côté livres, justement, j’ai réussi le tour de force de vendre plus de livres qu’en 2019. Vingt-deux livres de plus pour être précise.

822 en 2019 contre 844 en 2020.

Ventes par an de 2015 à 2020

Pour expliquer cela, trois facteurs :

  • Le premier et le troisième trimestre ont été très bons et ce sont justement les trimestres sur lesquels j’ai le moins travaillé en 2019. Globalement, les ventes de ces deux trimestres ont permis de compenser celles des deux autres trimestres qui ont été plus faibles qu’en 2019.

Comparaison du nombre de ventes par trimestre et par an

  • Deuxièmement, j’ai sorti trois livres cette année et comme j’apprends au fur et à mesure et que ce sont des bons livres, j’ai mieux réussi les lancements que pour les précédents. Je ne dis pas que c’était parfait, il y a encore beaucoup de choses à améliorer, mais c’était mieux et les ventes s’en sont ressenties. Ceci explique en partie la réussite du troisième trimestre. Les trois livres : La poule qui voulait être maman, d’Aurore Buisson, petit conte sorti le 21 juillet, Papillon, recueil de nouvelles d’Hélène Chambaud sortit le 27 août et enfin mon roman de science fiction sorti le 12 septembre : Au seuil du monde.
  • Enfin, j’ai travaillé ma présence en ligne, ce qui m’a permis 101 ventes sur Internet en 2020, contre 19 en 2019. Soit 12 % de ventes Internet contre 2,3 %.

Certes, ces ventes en ligne ne seront pas suffisantes en 2021. En effet, mes dédicaces de janvier 2021 ont toutes été annulées. Bref, il va falloir travailler encore plus dur en 2021 et le Covid ne va pas aider.

Mais si j’ai pu survivre à la perte d’Anouck, réussir 2021 sera un jeu d’enfant à côté… pourvu de ne plus perdre personne.

 

Bouton pour découvrir mes livres

Petits soucis d’ordinateur

Bonjour à tous et à toutes. Ah là là… Les ordinateurs et moi. Pendant une semaine, j’ai eu, comment dire, de petits soucis d’ordinateur. Du coup, travailler a été difficile. Surtout quand aux soucis d’ordinateur se rajoutent des soucis Internet… Bref, tout n’a pas été simple.

Un ordinateur de bureau

À tel point en fait que j’ai commandé un nouvel ordinateur. Adepte depuis longtemps des ordinateurs portables, j’y ai renoncé, au moins pour l’instant au profit d’un ordinateur de bureau. J’espère qu’il sera plus puissant, durera plus longtemps et arrêtera de m’empêcher de travailler. Ce n’est déjà pas facile de vivre en zone quasi blanche quand on est auto-entrepreneure comme moi, alors quand votre outil de travail se ligue avec le réseau pour vous pourrir la vie, non, vraiment, ça ne va plus.

J’attends avec impatience l’arrivée de mon nouveau bébé, espérant qu’on fera du bon boulot ensemble.

Côté livres, novembre a été très calme. La faute, bien sûr, au reconfinement. Je n’ai vendu que quatre livres. C’est toujours quatre de plus qu’en avril et je suis donc contente d’avoir travailler mon SEO entre les deux et d’avoir sorti des livres, car il s’agissait de commandes de librairies pour ces nouveaux titres.

Depuis début décembre, alors que les dédicaces n’ont pas encore repris, j’en suis déjà à huit livres vendus, dont cinq exemplaires de La poule qui voulait être maman à une même librairie. Je suis ravie. En effet, quand une librairie me commande un exemplaire d’un livre, je pars du principe que c’est quelqu’un qui est venu en librairie pour leur commander l’ouvrage. En revanche, plusieurs exemplaires d’un coup, c’est forcément la librairie qui passe commande pour son propre stock. Et cela ne m’arrive que très rarement. J’espère que cette librairie me passera d’autres commandes par la suite.

Côté TV, l’émission du 11 novembre a bien eu lieu comme prévu. Elle n’a malheureusement débouché sur aucune vente et ce malgré le fait qu’en travaillant d’arrache-pied, j’ai pu recréer mon site sur WordPress avant le jour J. Vous pouvez la voir ici : https://www.viavosges.tv/territoire-et-patrimoine/qu-on-se-le-dise/Qu-on-dise-11-novembre-tEC8sbtz6V.html

En revanche, elle a été vue par un de mes lecteurs que j’avais rencontré sur une dédicace et il m’a proposé de participer à une émission qu’il anime sur une chaîne de TV Internet. L’émission a lieu jeudi-ci à 20 h sur Loreina TV et s’appelle Talents locaux, talents solidaires.

J’avoue avoir ralenti le transfert du blog sur WordPress car j’ai d’autres choses à faire : optimiser le référencement du site de vente, lire les manuscrits qu’on m’envoie, relancer les libraires qui ne m’ont pas encore régler leurs commandes, etc.

J’ai aussi enfin pris le temps d’écrire le troisième volet des aventures d’Anna : Anna et les Marguerite. Je l’ai laissé reposé quelques jours. Demain je le relirai pour voir les éventuels points à reprendre, puis je contacterai les correcteurs.

Demain, j’ai aussi prévu de recommencer quelque chose qui me manque : l’écriture de mon roman Guerre universelle. Je l’avais arrêtée courant octobre car j’étais surchargée de travail. Mais l’écriture me manque trop. J’ai déjà un peu repris le roman ce week-end et demain, je compte bien retrouver ce bonheur.

 

Bouton pour découvrir mes livres

Viavosges

Bonjour à tous et à toutes. Pour commencer, je n’ai toujours pas fini de transférer mon blog sur WordPress. J’avance pourtant à grand pas, tous les jours ou presque.

Il est loin d’être fini, tous les articles ne sont pas encore en ligne, mais ils le seront bientôt. Le design évoluera sans doute aussi encore.

Un homme regarde la TV.

Cependant, j’ai un gros souci à régler depuis samedi. Il y a trois semaines, j’ai envoyé un mail à Wifeo, l’hébergeur de ma boutique en ligne http://www.edition-goutte-etoile.fr pour leur demander la procédure à suivre pour transférer mon nom de domaine sous WordPress. Ils auront mis trois semaines pour répondre et en faisant une énorme boulette puisqu’ils ont illico presto désactivé mon site alors même que le nouveau n’existe pas encore. Je leur demandais un renseignement, pas de se mettre à l’ouvrage dans la seconde ! Donc à l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai plus de site de vente, alors même que la France se reconfine et que donc mes dédicaces du mois sont annulées et potentiellement aussi celles de décembre.

J’ai d’autant plus besoin d’un site fonctionnel que le 11 novembre (la date est maintenue pour l’instant), je passe sur une chaîne de télé locale, Viavosges, dans l’émission La vie en Vosges pour parler de mon roman Au seuil du monde. On enregistre le 09. J’espère bien entendu une augmentation des ventes suite à l’émission d’où la nécessité absolue d’avoir un site fonctionnel à cette date.

Mon frère qui est développeur web et que j’ai appelé paniquée à la rescousse samedi soir et moi faisons tout pour résoudre le problème, mais pour l’instant sans résultat, car je ne pourrai pas faire un site de vente fonctionnel et attractif sur WordPress en dix jours.

Si je ne parviens pas à récupérer le vieux site Wifeo d’ici là, je n’aurai donc à disposition qu’Amazon. C’est mieux que rien, certes. Et j’espère que des ventes auront de toute façon lieu par ce canal. Mais si je pouvais avoir mon site en plus, ce serait mieux, beaucoup mieux. Car Amazon rebute (et c’est normal) de plus en plus de monde. Des lecteurs que je perdrai si je n’ai pas une autre solution à leur offrir…

Article publié pour la première fois sur Overblog le 02 novembre 2020.

 

Internet et dédicaces, vive les livres !

Bonjour à tous et à toutes. Ce mois-ci, de bonnes nouvelles et quelques moins bonnes, comme toujours.

Tout d’abord, j’ai pu me mettre d’arrache-pied au transfert de mon blog. De longues heures de travail sont encore en perspectives, mais je crois enfin tenir le bon bout. Il était temps ! Et je suis revenue sur WordPress après avoir visionné une vidéo qui présentait tous les défauts de Wix… Bref, cette fois, j’avance et j’espère avoir fini de transférer le blog d’ici quinze jours. Bémol : vos anciens commentaires seront perdus.

J’ai décidé, pour des raisons de simplicité, de ne pas transférer certains de mes vieux articles. Il s’agira d’un hybride de blog et de site. Je compte me faire la main sur WordPress avec le blog et lorsque j’aurai fini de transférer le blog, je transférerai le site de la maison d’édition.

Autre  bonne nouvelle, que je viens aussi d’annoncer sur  les réseaux sociaux : mes efforts pour augmenter mes ventes Internet commencent enfin à porter leurs fruits : en 2019, je n’ai fais que 2,30 % de mes ventes par Internet, contre 12,70 % pour cette année. Je suis ravie et bien sûr, cela m’encourage à continuer.

La semaine dernière, j’ai acheté un livre sur le référencement sur Google. Histoire de maîtriser le SEO (oui, je me mets aussi au langage Internet). J’ai aussi trouvé deux excellentes chaînes Youtube sur le sujet de façon à optimiser tout ça. Bref, mes chers petits lecteurs, je vous aime et je veux devenir plus visible pour vous.

Mais je suppose que ce n’est pas de ça que vous voulez que je vous parle… Oui, la sortie d’Au seuil du monde s’est passée et bien passée. J’en suis déjà à trente-neuf exemplaires vendus.

Grâce à mon roman et au joli conte d’Aurore Buisson La poule qui voulait être maman, je renoue avec les commandes Amazon. Ça fait plaisir. Les lecteurs accueillent le roman avec enthousiasme et les tous premiers retours sont très positifs. Du bonheur. Je n’ai pas prévu de suite, mais la fin est ouverte. Ce sera à mes lecteurs de me dire s’ils en veulent une ou pas.

Le roman en cours, Guerre universelle, s’écrit bien (sauf depuis une semaine). D’ordinaire, j’écris environ deux pages par jour, parfois plus. Et je commence, je crois, à avoir une idée du tome 1 : 80.109, qu’il faut donc toujours écrire. Cette idée est-elle enfin la bonne ? Elle doit encore mûrir. Mais je me sens progresser dans mon écriture et j’ai l’impression que je serai bientôt en mesure d’écrire des textes qui m’étaient hors de portée jusque là.

Autre bonne nouvelle, ce mois de septembre, pour la première fois, j’ai pu me verser un salaire de 250 €. Oui, ma petite entreprise progresse.

Problème, j’ai dû commander plusieurs titres à l’imprimeur cet été, les nouveaux : La poule qui voulait être maman, Papillon et Au seuil du monde. Plutôt que de me faire une facture par titre, l’imprimeur m’a fait une grosse facture, globale, énorme… À côté de cela, il m’a fallut recommander de nouveaux exemplaires d’Anna et la Dame du Fond de la Forêt, ainsi que des exemplaires de L’autruche qui voulait voler. Bref, de grosses sorties d’argent en un court laps de temps qui mettent les reins de ma petite entreprise à rude épreuve. Délicat de faire face. Je fais patienter l’imprimeur et lui ai clairement fait comprendre qu’à l’avenir, je souhaitais une facture par commande.

Par chance, malgré le Covid, tous mes samedis de septembre étaient pris par des dédicaces et les quatre premiers samedis d’octobre le sont également. Seul le dernier samedi du mois est libre pour l’instant. Novembre et décembre sont en revanche plutôt calmes pour l’instant. J’espère pouvoir y caser encore une date ou deux, on verra.

Mercredi, j’ai rendez-vous à Épinal à la bibliothèque départementale des Vosges pour leur présenter mes livres. Les bibliothèques départementales (une par département comme leur nom l’indique) acquièrent un fonds de livres qu’elles font tourner auprès des petites bibliothèques qui n’ont pas les moyens d’en acheter. Avec un peu de chance, la ou les personnes que je rencontrerai seront intéressées par mes livres et m’en prendront quelques uns.

Autre rendez-vous, jeudi matin cette fois, avec la personne en charge du rayon livres de l’Espace Culturel Leclerc de Saint-Dié-des-Vosges, à un quart d’heure de chez moi. La précédente personne à occuper ce poste était injoignable en permanence. Avec ce monsieur, j’espère avoir une date de dédicace et pourquoi pas mon roman en rayon (il a souhaité que je le lui présente, ce qui, j’espère est bon signe).

Enfin, dernière nouvelle et non des moindres, depuis trois semaines maintenant, mon homme m’aide une à deux heures par semaine. Première fois que j’ai un employé ! 😉

 

Article publié pour la première fois sur Overblog le 05 octobre 2020.

 

Mes livres