Qui suis-je ?

Marjolaine Pauchet

 

Je m’ap­pelle Mar­jo­laine Pauchet.

Écrivaine, poétesse, éditrice ? Qui suis-je ?

Éprise de nature et d’an­i­maux depuis tou­jours, ain­si que de sci­ence et d’écri­t­ure, je me dirige tout d’abord vers des études de biolo­gie, d’étholo­gie pour être plus pré­cise. L’étholo­gie, l’é­tude du com­porte­ment des ani­maux. Car j’ai tou­jours pen­sé qu’on ne pro­tège bien que ce qu’on con­naît bien.

Seule­ment voilà, en France aujour­d’hui, les étho­logues ne conçoivent plus, pour la majorité d’en­tre eux, d’é­tudi­er les ani­maux dans leur milieu naturel. Selon moi,  une hérésie, tant sur le plan éthique que sci­en­tifique. Et comme l’amour et la vie me poussent à rester en France, je me suis tournée vers cette autre pas­sion qui m’a prise dès l’âge de 6 ans, l’écriture.

Je suis donc dev­enue écrivaine et éditrice. Et s’il m’ar­rive par­fois de rêver d’une vie dans la nature, par­mi les ani­maux sauvages à devin­er, enten­dre ou voir, j’ai la chance de pou­voir tra­vailler au coin du feu, un chat ron­ron­nant sur les genoux. Que deman­der de plus ?

Aujour­d’hui, j’écris de tout ou presque, poésie, romans, con­tes pour petits et grands, nou­velles, etc. Et j’ai dans ma caboche bon nom­bre d’his­toires qui atten­dent leur tour d’être couchées sur le papi­er. Mes textes, en prose ou en vers sont sou­vent engagés, car je ne renonce pas aux ani­maux. Par­ler pour eux, militer pour eux est selon moi un devoir. Qu’on me coupe la langue, je par­lerai encore pour eux. Mais ils ne sont pas ma seule source d’in­spi­ra­tion, loin s’en faut. J’aime les réc­its fan­tas­tiques, ceux où l’e­sprit et l’imag­i­na­tion vagabon­dent aus­si loin qu’ils le peu­vent. Ma tête est rem­plie de mon­des et de per­son­nages qui ne deman­dent qu’à s’échap­per pour être partagés…

 

Mes livres